Initiation à l’art du théâtre en français puis en anglais

Rôle de l’enseignante en amont du travail de la comédienne

Les élèves de 6ème du collège Voltaire de l’académie de Toulouse découvrent  “le Songe d’une nuit d’été”.

Le théâtre, c’est nul ! Voilà ce que pensaient la plupart des élèves du collège Voltaire entrainés dans l’aventure Langues en Scène par leur professeur d’anglais Manon Raffy. Alors, l’enseignante a commencé par leur parler du plaisir : le plaisir de jouer, de s’exprimer, de rentrer dans la peau d’un personnage.

Séance suivante: découverte de la pièce de Shakespeare, «  Songe d’une nuit d’été » à travers le film de Michael Hoffman de 1999. Après le visionnage, on a expliqué les diverses scènes, analysé les personnages, étudié les différences entre cinéma et théâtre… Petite inquiétude des élèves : comment jouer les scènes d’amour ?!

L’improvisation : la clé pour se libérer

Puis viendront quelques exercices d’improvisations qui  vont enfin débloquer les comédiens en herbe : exprimer la colère, la frayeur, la surprise, l’amitié, la jalousie ….

Apprendre ensuite à se déplacer dans l’espace : se tenir droit, calme et impassible quand on est une reine ou un marquis, se montrer impressionné par les fastes de la cour quand on est l’un des artisans, se déplacer tout en légèreté quand on est une fée ou un elfe. On apprend aussi à placer sa voix, à déclamer un texte et ainsi prendre confiance en soi…

Étude du texte par groupe
Étude du texte par groupe

La peur de parler en anglais

« J’aime l’exercice où on montre ses émotions » dira Omaïma qui interprète la fée  Peaseblossom  et Otman qui joue Bottom d’ajouter : « Dés qu’on a commencé c’était bien, j’ai adoré. Je déteste quand on n’a pas le temps de jouer les sketches »Et puis il y avait la peur de ne pas savoir parler anglais mais l’un des jeunes acteurs est rassuré : « Je vois que madame Raffy et Rosa (la comédienne) s’en contrefichent de l’accent : c’est super ! »

Et Solène l’interprète de Titania ajoute « Au début j’étais gênée car je ne connaissais personne mais maintenant je me suis sociabilisée et je suis moins gênée. »

« Ma vision du théâtre a bien changé » 

Ogosha-reuben qui jouait le rôle de narrateur conclut : « Au début je croyais que ça allait être nul, mais j’ai trouvé ça chouette et ma vision du théâtre a bien changé. »

Et après tout ce travail en amont réalisé par le professeur d’anglais, arrive tout naturellement l’intervention de la comédienne : place à la mise en scène, à la distribution des rôles et aux répétitions.