Au lycée

Quel intérêt pour les élèves du lycée ?

Les élèves, pour un bon nombre d’entre eux plus à l’aise dans la langue étrangère à l’écrit, n’ont plus qu’à se lâcher sur scène ! Oui, sauf que… ça n’est pas gagné non plus pour eux !
Et comme pour leurs camarades du primaire et du collège, c’est avec leur corps qu’ils libèreront la parole.

Interprétation « El chico de la última fila » de Juan Mayorga
Lycée Saint Jean de Passy (Paris 16°) /mai 2015/2nde

Les élèves de seconde ont épluché toutes les passions délicates et mystérieuses de « El chico de la ultima fila », œuvre contemporaine espagnole de Juan Mayorga.

L’œuvre de Juan Mayorga, partant d’une situation très commune pour les élèves : une salle de classe et un travail obligatoire de rédaction, va cependant nous transporter au cœur des nombreuses passions que vivent les adolescents. C’est à partir du travail littéraire de Claudio, que va naître une relation ambigüe d’admiration et de manipulation, entre le professeur, German, et son élève.
Claudio, enfant orphelin de sa mère et délaissé par son père, raconte son rêve d’une famille parfaite, d’un confort affectif qu’il observe dans la famille de son camarade Rafa Artola. Cependant, ce rêve transformé en envie, pousse Claudio à épier et à s’introduire dans la famille Artola, jusqu’à braver les limites du respect à la vie privée. Le professeur attendri et compatissant envers son élève accepte cette situation nuisible, dont il est mis au courant à travers les rédactions de son élève. 

Cette œuvre aux questionnements multiples, s’interroge sur la dangerosité d’une amitié ambigüe entre un professeur et son élève, sur les limites du droit à la vie privée et enfin sur les modèles familiaux et les difficultés que peuvent rencontrer certains adolescents au lycée.

 Une collaboration intense pour la réécriture de la pièce

Il n’a suffi que de 12 séances d’une heure et demie et de deux ans d’apprentissage de l’espagnol par les élèves pour se faire auteurs et acteurs de la pièce.
En dehors des séances de théâtre, répartis par groupe de 4, les élèves se sont investis dans un travail de collaboration intense pour réécrire la pièce, inspirés de leurs vécus durant les vacances de Noël et leur humour encore fantaisiste d’adolescents. De plus, l’œuvre de Juan Mayorga proposant en toile de fond une réflexion sur le besoin d’écrire et les méthodes de rédaction, s’inscrivait au cœur du projet pédagogique de littérature en seconde.

 Il existe une seconde collaboration essentielle à ce travail, qui est celle du professeur et de la comédienne.

Collaboration enseignant/comédien

De son côté, le professeur approfondit le travail de rédaction, il corrige les écrits et fait travailler la conjugaison, le vocabulaire en espagnol. Durant les heures de classes il construit avec les élèves la trame, les dialogues, pour les transmettre ensuite à la comédienne.

En amont des séances de théâtre, la comédienne s’approprie les récits des élèves et, en prenant en compte leurs créativité plurielles,  crée de nombreuses saynètes.

Durant les séances, la comédienne entreprend un grand travail d’apprentissage du jeu d’acteur construit autour de la tonicité et de la vraisemblance. Elle sert de guide aux élèves pour qu’ils jouent leurs histoires personnelles et qu’ils s’initient à la notion de vraisemblance en théâtre.